in

Agnès Souret, la première Miss France et c’etait il y a 100 ans

Agnès Souret, née le 21 janvier 1902 à Bayonne1 et morte le 30 septembre 1928 en Argentine, est un mannequin, une comédienne et danseuse française. Elle est la première Miss France, élue en 1920, alors appelée « la plus belle femme de France ».

Le concours de la plus belle femme de France

En 1920, le concours de « la plus belle femme de France » est créé à l’initiative du journaliste Maurice de Waleffe et du quotidien Le Journal. Agnès Souret envoie donc une photo d’elle, en communiante avec une courte lettre dans laquelle elle écrit : « Je n’ai que 17 ans, dites-moi si je dois traverser la France pour courir ma chance »2,3. 2 063 candidates se présentent pour les éliminatoires, à l’issue desquelles 49 jeunes femmes sont sélectionnées puis 19 sont finalistes. C’est au cinéma que les spectateurs sont amenés à choisir, avant la projection des films ; ils doivent ensuite envoyer une carte postale par la Poste. Agnès Souret a le teint clair, des yeux bruns et des cheveux châtain et mesure 1,68 mètre2. Elle habite avec sa mère le village d’Espelette.

Agnès Souret est élue par 114 994 voix sur les 234 757 exprimées, ou selon d’autres sources 198 000. Elle remporte 4000 francs. Dans Le Figaro, Hervé Lauwick dit d’elle « Le ciel lui avait donné, outre une beauté éblouissante qu’on pouvait ne pas aimer, mais certaine, infiniment de sagesse et de bonté ; elle avait ce don précieux et rare entre tous les dons : un heureux caractère, que nul mouvement d’humeur n’a jamais troublé. Nous ne connaissons guère, pour être dans ce cas, qu’une seule femme illustre par sa beauté, à laquelle on pourrait peut-être en ajouter deux, mais surement pas trois, dans le monde entier. C’est si dangereux d’être trop belle ; et l’orgueil vient si vite au cœur humain ! »2 Un autre article affirme que « cette fleur de nos Pyrénées brûlantes, atténuée par les brumes de l’Armorique, réalise l’idéale en demi-teinte qu’on appelle le charme français ».

Carrière artistique

Comme son idole Sarah Bernhardt, Agnès Souret rêve de la scène. Sa première tentative au cinéma est un premier rôle dans le film Le Lys du Mont Saint Michel, qui est un cuisant échec.

Elle travaille alors comme modiste chez Madeleine et Madeleine, puis poursuit sa carrière artistique dans le domaine de la danse en devenant, comme sa mère avant elle, danseuse au ballet de l’Opéra de Monte-Carlo. Elle est ensuite meneuse de revue aux Folies Bergère, à Paris. Pendant ce temps, entre ses revues et tournées, Agnès Souret revient de temps à autre dans son Pays basque natal, où elle aime se promener sur la croisette de Biarritz, à cheval ou avec son chien Cricri. C’est à cette époque que la maison de famille d’Espelette est renommée Ederrena, ce qui signifie « la plus belle ».

Mort

Alors qu’elle effectue une tournée en Argentine, Agnès Souret meurt d’une péritonite le 30 septembre 1928. Pour rapatrier sa dépouille et lui offrir un caveau dans le cimetière d’Espelette, sa mère vend alors tous ses biens, dont la maison Ederrena. Sa sépulture s’orne d’un médaillon du sculpteur Lucien Danglade (Source: Wikipedia)

Il donne vie à des personnages en jouant avec le quotidien

Un chat noir qui porte chance dans une MAGNIFIQUE pub de Noël